Comment remettre aux normes électrique une ancienne installation ?

En règle générale, l’installation électrique d’un logement bâti il y a plus de 30 ans est considérée comme obsolète. En effet, une installation âgée ne répond très probablement plus aux besoins de sécurité actuelle et présente des risques d’électrocution et d’incendie important. Si vous avez un logement ancien et que son installation électrique n’a pas encore été rénovée, il vous faudra par conséquent effectuer une remise aux normes.

La réalisation d’un diagnostic

Même s’il est très probable qu’un vieux logement ne soit plus aux normes en ce qui concerne l’installation électrique, un diagnostic reste nécessaire. Ce diagnostic devra être réalisé par un professionnel en électricité et aura pour but d’évaluer l’état de l’installation. Le professionnel va notamment vérifier les points d’alimentations et déterminer le niveau de danger dans les zones à risques telles que les salles d’eau. La présence de fils dénudés dans ces zones peut facilement amener à une électrocution.

Après avoir contrôlé tous les points importants, le professionnel vous informera de tous les travaux que vous devrez réaliser. Il pourra ensuite effectuer un nouveau diagnostic pour confirmer la mise aux normes de votre installation après les travaux. Si tout est en règle alors il vous délivrera un certificat de conformité. Le travail de diagnostic peut par ailleurs être facilité à l’aide d’une grille de vétusté qui répertorie les dégâts causés par les anciens locataires ou causés naturellement.

L’intervention de ce professionnel en charge du diagnostic n’est logiquement pas gratuite. Vous pouvez cependant demander des devis à différentes entreprises afin de trouver l’offre qui vous convient le mieux. Le coût d’un diagnostic varie en général de 60 à 150 € selon le type de logement où l’intervention est réalisée.

Les rénovations pour la norme NF C 15-100

La norme NF C 15-100 est actuellement la norme électrique que tout logement doit respecter. Afin de réduire les risques d’électrocution et d’incendie, vous devez par conséquent effectuer des travaux en respectant les indications de cette norme. Cette dernière présente de nombreuses conditions et aucune d’entre elles ne doit être négligée. C’est pour cette raison qu’il faut faire appel à un professionnel compétent lors de la remise aux normes de votre installation électrique.

Parmi les règles indiquées par la norme NF C 15-100 il y a par exemple l’obligation d’installer une prise de terre pour éliminer les éventuelles fuites de courant. Le tableau électrique doit quant à lui être opérationnel et comporter des interrupteurs différentiels, un contacteur heures creuses, un délesteur et un disjoncteur (ou des fusibles).

Le nombre de prises électriques dans chaque pièce d’un logement moderne est également déterminé. Dans une chambre il faut par exemple trois prises au minimum tandis que dans la cuisine il faut au moins quatre prises spécialisées destinées à alimenter certains appareils électroménagers.

Selon la vétusté de votre installation, la mise en conformité à la norme en vigueur peut être simple ou complexe. Le budget à préparer peut rapidement grimper pour les travaux d’envergures. Vous devrez pourtant effectuer cette mise aux normes dans le cadre d’une revente ou dans le but de profiter d’une assurance habitat.

Quels sont les remplacements et les coûts à prévoir ?

Afin de connaitre approximativement le budget à préparer, vous devez lister les équipements qui nécessiteront un remplacement. Parmi les équipements qui auront très probablement besoin d’être remplacés figurent notamment les prises et fils électriques.

Pour le cas des prises électriques, leur prix à l’unité peut aller de 4 à 50 €. Cette différence de prix s’explique par l’intensité du courant qu’une prise peut supporter. Pour les cas des fours et les plaques de cuisson, il faut par exemple une prise 32 A. Les prises à utiliser doivent par ailleurs répondre à la norme CEI 60320.

Pour les cas des luminaires, il est notamment recommandé d’utiliser des raccordements DCL. Ils ont l’avantage d’être plus sécuritaires puisqu’ils permettent de raccorder les luminaires sans l’aide d’aucun outil. Ils sont vendus aux alentours de 5 € l’unité. Les dominos pourront aussi être remplacés par les Wago qui sont vendus à peu près au même prix.

Les fils électriques doivent quant à eux répondre aux règles définies par la norme NF C 15-100. Ainsi, les sections à choisir dépendent de l’usage des fils. Un fil de 1,5 mm2 de section pourra transporter un courant de 15 A tandis qu’un fils de 2,5 mm2 de section conviendra à un courant de 16 à 20 A. En fonction de sa section et de sa qualité, le coût d’un fil varie de 0,5 à 40 €/m.

Tout comme les prises électriques, les différentes commandes telles que les interrupteurs seront à remplacer s’ils ne sont pas aux normes. Ces éléments sont vendus entre 10 et 150 € à l’unité selon leur usage. Et enfin, s’il vous faut remplacer votre tableau électrique, vous devrez préparer entre 200 et 500 €.

Faire une approximation du coût de la remise aux normes

Dans le cas où vous souhaiteriez avoir une simple approximation, sachez qu’une rénovation électrique est globalement estimée entre 80 et 120 € HT/m2. Pour le cas des logements de plus de 2 ans, il faut en plus inclure une TVA de 10 %. Ainsi, si vous souhaitiez par exemple remettre aux normes une maison de 100 m2 vous devriez prévoir une dépense de 12 000 €.

Afin d’obtenir un coût précis, vous devez d’abord déterminer les travaux à effectuer à l’aide d’un diagnostic. Vous pourrez ensuite demander un devis auprès d’un électricien qui se chargera de vous donner un prix selon le nombre d’interventions à effectuer. En plus du coût des équipements à remplacer ou à installer, il faut évidemment prendre en compte le tarif horaire de l’électricien qui est de 40 à 70 € HT.

Même si une mise aux normes électrique est nécessaire elle représente une dépense non négligeable. Il existe heureusement des aides financières auxquelles les foyers au revenu modeste peuvent faire appel. Ce type d’aide sera toutefois plafonné et ne couvrira que 50 % du montant des travaux HT. Dans le cas où la rénovation permettrait de réduire votre consommation électrique, il vous sera possible de faire appel à des aides complémentaires. Faire appel à un professionnel fait par ailleurs partie des conditions obligatoires pour profiter de ce type d’aide.

Laisser un commentaire