Les champs d’application des vis autoforeuses

Une vis autoforeuse ou autoperceuse présente la particularité de combiner trois opérations en une seule : perçage, taraudage et vissage. Elle se met en place en un tour de main : on n’aura pas à percer ni à tarauder en amont le support. Un tel élément se révèle donc très pratique pour réaliser des assemblages rapides et solides dans divers domaines. Mais quels sont ses champs d’application ? Comment le choisir judicieusement ? Comment garantir une fixation optimale et durable ?

L’assemblage de tôles fines avec les vis autoforeuses

L’une des utilisations les plus courantes des vis autoforeuses est l’assemblage de tôles fines : construction métallique, couverture, carrosserie, etc. Ces éléments de fixation très pratiques permettent de fixer les tôles entre elles ou sur un support en deux temps, trois mouvements. Il suffit de les appliquer au niveau des points de fixation, sans perçage ni taraudage préalable. Les vis autoperceuses disposent d’une pointe tranchante leur permettant de percer le métal avec une grande précision. Elles sont aussi munies d’un filetage qui garantit un serrage solide. On en distingue plusieurs types selon la forme de la tête, le genre d’empreinte, le diamètre ainsi que la longueur.

En guise d’exemple, les modèles munis d’une pointe hexagonale se prêtent aux assemblages à forte résistance. Les vis autoforeuses dont la tête est fraisée sont adaptées pour les assemblages discrets de tôles fines. Les pointes bombées, pour leur part, conviennent aux assemblages esthétiques. Si vous souhaitez concrétiser un projet d’assemblage de tôles fines, cherchez des vis autoforeuses auprès d’une enseigne spécialisée dans les pièces de fixation. Vous trouverez les modèles qui vous conviennent le mieux parmi son large catalogue de produits.

En direct :  Comment mettre une cartouche dans un pistolet à silicone ?

Vis autoforeuses pour assemblage de tôles fines

L’utilisation de vis autoforeuses pour l’installation de panneaux de construction

Que ce soit pour les cloisons sèches, les revêtements extérieurs, les panneaux isolants… Les vis autoforeuses offrent une alternative efficace aux méthodes traditionnelles. Elles peuvent pénétrer rapidement divers matériaux, à l’instar du bois, du métal et du plastique. Elles simplifient significativement le processus d’installation et accélèrent le temps de construction. Qui plus est, leur aptitude à auto-tarauder les panneaux assure une fixation stable et contribue à la durabilité des structures construites.

La mise en place de ces éléments de fixation ne risque pas de fendre ni d’endommager les supports. Ils sont conçus pour s’adapter à l’épaisseur des panneaux de construction et pour offrir une résistance accrue au feu et à la corrosion. Les vis autoforeuses pour plaques sont, par exemple, munies d’une tête trompette qui évite de marquer le carton. Elles disposent aussi d’un filetage particulièrement fin qui minimise le couple de serrage.

Le rôle de ces vis dans les installations électriques

Dans les installations électriques, les vis autoperceuses sont utilisées pour la fixation :

  • des prises,
  • des boîtiers en tous genres,
  • des luminaires,
  • des interrupteurs,
  • des panneaux de distribution,
  • des conduits…

Elles permettent une fixation solide et fiable sur des supports comme les cloisons, les rails ou les plafonds. Qui plus est, ces éléments offrent une bonne tenue ainsi qu’une excellente conductivité électrique. On n’a nul besoin de percer des trous supplémentaires ni de les tarauder par la suite. Leur conception assure une connexion électrique stable. Les vis autoforeuses utilisées dans les installations électriques sont généralement de petite taille et de couleur noire (ce qui leur permet de se fondre dans n’importe quel décor).

En direct :  Tondeuse hélicoïdale : Présentation et Avis

Comment choisir la bonne taille et le bon type de vis autoforeuse ?

Pour une fixation optimale, il faut choisir les bonnes vis autoperceuses. Il convient de prendre en considération plusieurs critères au moment de l’achat. Le matériau à percer doit en premier lieu entrer en ligne de compte. Il détermine aussi bien la forme que la dureté de la pointe de l’élément de fixation. Par exemple, un modèle doté d’une pointe en forme de forêt s’impose pour percer de l’acier. Une pointe en forme de cône est préconisée dans le cadre d’un assemblage d’éléments en aluminium.

L’épaisseur du matériau est le prochain facteur auquel on doit porter attention. Elle conditionne plus exactement le choix du diamètre et de la longueur de la vis autoforeuse. Par exemple, il est judicieux de choisir un modèle de 3,5 mm de diamètre et de 9,5 mm de longueur pour percer une tôle de 1 mm. Une vise de 4,8 mm de diamètre et de 16 mm de longueur est recommandée pour percer une tôle de 3 mm.

Le type d’assemblage est aussi à considérer, car elle détermine la bonne forme et le type de tête adapté. Il faut une vis autoperceuse à tête hexagonale pour un assemblage à forte résistance. Un modèle muni d’une tête fraisée est recommandé si l’on souhaite privilégier la discrétion.

Le type d’empreinte, pour sa part, conditionne le choix du type de tournevis à utiliser. Pour une empreinte cruciforme, par exemple, on doit se munir d’un tournevis de type Phillips. L’utilisation d’un tournevis étoile s’impose pour mettre en place une vis autoforeuse à empreinte Torx. Au cas où l’on aurait du mal à faire son choix, on ne doit pas hésiter à se faire conseiller par des experts.

En direct :  Robots Laveurs de Sol, choisir le meilleur et le plus efficace !

Vis autoforeuses

Comment garantir une fixation correcte et durable ?

Pour une fixation aussi durable que correcte, on doit respecter un certain nombre de règles de base. Il faut d’abord que le tournevis soit adapté à l’empreinte de la vis autoperceuse que l’on souhaite utiliser. Le couple de serrage doit être réglé en fonction de la dureté du matériau à percer. En l’occurrence, il faut se référer aux spécifications du fabricant.

L’élément de fixation doit être aligné perpendiculaire au support. Il faut appuyer de manière ferme afin d’amorcer le perçage. Pour ce qui est du vissage, il doit se faire délicatement et régulièrement jusqu’à ce que la vis autoforeuse affleure le matériau. On ne doit ni forcer le support ni faire de va-et-vient au risque de fragiliser la pièce à fixer.

Une fois l’élément de fixation en place, il faut vérifier qu’il est bien serré et que l’assemblage est stable. Quand tout est optimal, on doit protéger la vis de la corrosion ainsi que de l’humidité, en utilisant éventuellement des capuchons ou des rondelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *