Les points à considérer pour rénover une maison ancienne

La réhabilitation se révèle plus intéressante que la construction dans la mesure où vous avez déjà un bâti et qu’il vous suffit de le mettre aux normes. C’est en quelque sorte une manière de faire de la plus-value immobilière, mais cela implique la réalisation de nombreux travaux et le respect de certaines lois. Si vous projetez de vous lancer dans la rénovation d’une maison ancienne, trouvez dans cet article les points qu’il est nécessaire de considérer.

La législation sur la rénovation d’une maison ancienne

Il est possible qu’une maison ancienne soit enregistrée dans l’Inventaire des monuments historiques. Si vous êtes propriétaire de ce type de bien, vous devez déposer votre demande de rénovation auprès de la DRAC. Il vous est également conseillé de consulter au préalable un architecte spécialisé et expérimenté en patrimoine.

Dans le cas où votre maison est érigée dans une zone protégée, c’est auprès d’un architecte des bâtiments de France que vous devrez déposer votre demande. D’autre part, les travaux de rénovation effectués sur un monument classé au patrimoine peuvent bénéficier d’une aide délivrée par l’État à hauteur de 40 % du coût total des travaux. Et enfin, si votre maison ancienne ne présente aucun intérêt historique pour l’État et qu’elle n’est pas bâtie dans une zone classée, vous n’aurez qu’à déposer votre demande auprès de votre mairie.

Conformément à la loi travail n° 2016-1088 du 8 août 2016, la loi vous oblige à effectuer un repérage amiante avant travaux dans le cadre de la rénovation de votre maison ancienne. C’est une démarche primordiale visant surtout à protéger les travailleurs sur le chantier contre une éventuelle exposition à l’amiante. Les modalités de repérages ainsi que les conditions s’y afférant ont été fixées par le décret n° 2017-899 du 9 mai 2017. S’il s’agit d’un immeuble bâti et ancien, vous devrez vous référer à l’arrêté du 16 juillet 2019.

En direct :  Pourquoi installer un volet roulant pour piscine ?

Concernant les opérations de repérage, seules les certifications amiante délivrées avec mention sont valables aux yeux de la loi suivant l’arrêté entré en vigueur le 23 janvier 2020. Si vous prévoyez d’effectuer un RAAT dans un immeuble bâti, c’est vers les opérateurs disposant de cette mention que vous devrez donc vous tourner.

La rénovation de la façade

Tous travaux impliquant une modification de la façade d’une maison ancienne doivent avoir reçu au préalable l’aval de votre mairie. Il est possible que le PLU de votre commune proscrit ou impose l’usage de certains matériaux ou couleurs. Des limites architecturales sont également édictées concernant les distances et hauteurs autorisées. C’est en fonction des réglementations du PLU que vous devrez diriger vos travaux de rénovation.

La façade d’une maison ancienne peut être faite en pierre, en bois ou en brique. Dans tous les cas, un nettoyage et l’application d’un produit pour traiter le matériau et le protéger sont nécessaires. N’effectuez les remplacements que si la façade est en trop mauvais état. Dans le cas où certaines pierres seraient trop abîmées, l’intervention d’un spécialiste en taillage de pierre est conseillée. La rénovation complète de la façade en bois d’une maison ancienne nécessite aussi l’intervention de différents professionnels (menuisier, peintre en bâtiment ou encore façadier). Dans le cas d’une façade en brique fortement dégradée, la rénovation devra être effectuée par un maçon.

La rénovation de la toiture

Quel que soit le matériau qui compose la toiture de votre maison ancienne, sa rénovation doit être effectuée par un couvreur professionnel. Durant ce type de travaux, profitez-en pour vérifier également l’état de votre charpente.

En direct :  Quels sont les matériaux de construction les plus connus ?

Si votre maison ancienne a une toiture en tuile, pensez à la préserver au maximum. Un professionnel couvreur sera en mesure de démousser, nettoyer et traiter votre toit en tuile. Ce matériau se démarque par sa durabilité dans le temps, mais c’est aussi ce qui fait sa faiblesse. En effet, il est souvent difficile de trouver des pièces identiques aux tuiles utilisées sur une maison ancienne. Si certains éléments du toit sont trop usés ou abîmés, un remplacement sera nécessaire. À ce moment, vous devez refaire intégralement votre toiture en tuile. Notez que le choix de la tuile à utiliser pour votre toit devra respecter l’architecture de votre maison ancienne.

De la même manière, si la toiture de votre maison ancienne est en ardoise, vous devez remplacer les pièces abîmées. Il est dans ce cas nécessaire choisir un modèle identique et de même dimension. L’entretien d’un toit en ardoise est relativement simple, car il suffit de le nettoyer avec une eau lessivée avant d’y appliquer un traitement anti-mousse.

Et enfin, avec une toiture en chaume, vous aurez à entretenir régulièrement le toit de votre maison ancienne. Il est d’ailleurs recommandé de refaire cette toiture en chaume une fois tous les 40 ans. En revanche, sachez que c’est un travail que seul un couvreur chaumier qualifié est en mesure de réaliser.

Les travaux intérieurs

La rénovation d’une maison ancienne vous permet d’améliorer le niveau de confort qu’elle apporte. En ce sens, concentrez-vous sur la structure du logement, l’électricité et le chauffage, l’isolation et les revêtements. Nettoyez et traitez les éléments structurels de votre maison ancienne, ou remplacez-les si nécessaire. Pensez à contrôler minutieusement l’état de vos planchers, escaliers, poutres et murs porteurs.

En direct :  Sol béton ciré : Avantages et inconvénients, prix, épaisseur, vieillissement

Les installations électriques de la maison ancienne devront être mises aux normes. Vous aurez alors besoin de l’aide d’un électricien professionnel, dont la mission sera de retirer l’ancien circuit avant d’installer le nouveau. Cette intervention justifiera auprès de votre assureur la sécurisation de votre logement. Notez que c’est à votre fournisseur d’électricité de remplacer et de raccorder votre compteur électrique. Logiquement, vous n’aurez à payer que pour l’intervention du prestataire.

Côté isolation de la maison ancienne, sachez que la loi impose l’installation d’une isolation acoustique dans les secteurs exposés au bruit depuis le 1er juillet 2017. Pour savoir si votre maison ancienne est concernée par cette réglementation, consultez le Geoportail. Même si vous n’êtes pas concerné par cette loi, vivre dans un logement bien isolé reste garant de votre confort et votre bien-être. C’est pourquoi nous vous conseillons de renforcer l’isolation existante de votre maison ancienne. Cela contribue d’ailleurs à réduire vos factures sur le chauffage. À ce sujet, le système de chauffage d’une habitation ancienne est souvent vétuste. D’où la nécessité de le remplacer par une installation plus moderne et performante. Si vous avez une cheminée, il vous est possible de la fermer à l’aide d’inserts ou pourquoi pas optimiser le chauffage en remplaçant cette cheminée par un poêle ? Et enfin concernant les revêtements de sol, nous vous conseillons de rénover ce qui peut l’être, car un remplacement implique généralement un certain coût.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *