Porte blindée : Comment choisir la meilleure ?

Selon le ministère de l’intérieur, en 2018 les cambriolages et tentatives de cambriolages en France ont touché 490 000 ménages (1). Parmi l’ensemble de ces ménages 44 000 d’entre-eux ont subi plusieurs cambriolages ou tentatives.

La sécurisation du domicile est devenue dans certaines régions une nécessité. L’installation d’une porte blindée est désormais le choix privilégié des français.

Nous allons voir dans cet article comment bien choisir sa porte blindée, quel prix pour une porte blindée, comment reconnaître une porte blindée, si l’on peut ouvrir une porte blindée que l’on aurait claquée ou dont on aurait perdu la clé et comment changer la serrure de sa porte blindée.

Comment choisir une porte blindée ?

La première chose qu’il convient d’aborder est la distinction entre la porte blindée à proprement parler et le blindage de porte.

Le blindage de porte

Le blindage de porte est un ensemble de protections métalliques qui viennent se fixer sur une porte existante. Il est généralement installé avec une serrure en applique renforcée (certifiée A2P, voir plus bas).

L’avantage de ce type de blindage est qu’il coûte moins cher qu’une porte blindée mais il est malheureusement moins efficace qu’une porte blindée, en particulier au niveau du bâti et des points de fermetures qui pourront toujours être attaqués au pied de biche.

La porte blindée

Lorsque l’on parle de porte blindée cela comprend la partie ouvrante et la partie fixe, c’est à dire l’encadrement. On appelle cela le bloc-porte.

L’avantage d’acheter une porte blindée entière (ouvrant + encadrement) est que l’ouvrage est entièrement conçu contre les effractions. Le cadre offrira donc autant de sécurité que la partie ouvrante, et il sera quasi impossible de l’attaquer notamment au pied de biche.

Certification A2P

La certification A2P est une certification établie par le Centre National de Prévention et de Protection (CNPP). La certification A2P s’applique « pour les équipements de protection qui, par leur fiabilité et leur résistance apportent une sécurité renforcée », par exemple les fenêtres, les portes ou encore les serrures.

Si un fabricant souhaite obtenir la mention A2P pour l’un de ces produits, il doit envoyer le-dit produit afin qu’il soit testé au CNPP. A l’issu d’un test d’effraction, le produit recevra une certification A2P ou non ainsi qu’une sous catégorie. Les blocs de porte peuvent recevoir les mentions BP1 menace type opportuniste ; BP2 menace type cambrioleur et BP3 menace type professionnel.

Le test est simple, un expert en sécurité est chargé d’ouvrir par exemple une porte à l’aide de tous les moyens normalement à disposition d’un cambrioleur. C’est le temps qu’il mettra à ouvrir la porte que permettra de définir à quelle catégorie A2P relève le produit. Une porte BP1 doit pouvoir résister aux assauts les plus violents de 5min à 10min. La mention BP2 indique une résistance de 10min à 15min. Enfin la mention BP3 indique une résistance d’au moins 15min. Exemple de test d’une porte blindée au CNPP :

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo, il s’agit de tests de résistance très bruyants. Sachant que la majorité des cambrioleurs cherchent à privilégier la discrétion, il est peu probable qu’ils s’acharnent de la même manière sur votre porte, surtout si vous habitez en immeuble ou en zone résidentielle. Ainsi une certification de porte renforcée BP1, bien qu’elle paraisse légère (5min), se révèle en pratique très délicate à forcer et donc dissuasive.

La certification A2P est la seule certification fiable en France. Les mentions «porte blindée», «porte renforcée» ou encore «porte anti-effraction» n’ont aucune réalité concrète et relèvent uniquement du marketing. Une porte blindée certifiée A2P sera bien plus chère mais elle offrira la meilleur sécurité du marché.

Les points de fermeture

Les points de fermetures peuvent être des points faibles exploités par les cambrioleurs, il est notamment possible de tordre la porte de manière à faire sortir les barres de verrouillage de leurs logements.

Les points d’attaque classiques sont le haut ou le bas de la porte. C’est pour cette raison qu’il est préférable de choisir une porte à minimum «3 points haut et bas» ou idéalement «5 points haut et bas». 3 points haut et bas signifie que la porte sera équipée d’une barre qui viendra se verrouiller de manière horizontale et deux barres qui se verrouilleront de manière verticale, dans le bas et dans le haut du bloc porte.

De cette manière, la porte est particulièrement résistante aux attaques consistant à tordre les parties haute et basses.

Le cylindre ou barillet de serrure

Il est inconcevable d’installer une porte blindée sans l’équiper d’un cylindre, aussi appelé barillet de serrure offrant des garanties de sécurité comparables. Les barillets peuvent aussi porter la mention A2P (1 étoile, 2 étoiles ou 3 étoiles).

Le barillet de serrure est la partie rotative où on insère la clé. C’est également un point faible potentiel de l’ensemble puisqu’il est possible d’ouvrir une porte en quelques secondes si le barillet est de mauvaise qualité. En effet un barillet peut subir plusieurs types d’attaques telles que l’arrache, le perçage, le percutage ou encore le crochetage.

Le barillet est donc tout aussi important que la porte en termes de sécurité. Il est la plupart du temps livré avec le bloc-porte.

Combien coûte une porte blindée ?

Une porte blindée peut rapidement coûter très cher, surtout si celle-ci revêt la précieuse certification A2P.

Ainsi une porte blindée certifiée A2P BP1, un vantail , avec 5 points de fermeture haut et bas et livrée avec barillet à sécurité équivalente coûtera en moyenne 2000€. Ce prix pourra monter à 4500€ pour une porte blindée certifiée A2P BP3, un vantail, avec 7 points de fermeture et barillet à sécurité équivalente.

Non insistons encore une fois sur le fait qu’une porte blindée offrant une qualité acceptable doit au minimum être certifiée A2P BP1. Toute porte dite de sécurité/blindée ne portant pas cette certification ne résiste pas 5 minutes à une effraction et peux même être ouverte en silence.

Une porte blindée est donc un investissement sur lequel il vaut mieux ne pas lésiner sur le prix.

Comment savoir si sa porte est blindée ?

Comme nous l’avons vu, le seul critère fiable pour savoir si une porte est blindée, c’est à dire qu’elle résistes à tous types d’infractions, est la certification A2P délivrée par le CNPP. Une porte sans certification et disposant de plaques de blindage sera en effet blindée aux attaques frontales de perçage. Cependant elle sera exposée aux attaques plus subtiles sur le cadre du bloc-porte ou plus brutale de percussion qui viendront attaquer la serrure et les barres de verrouillages.

Il est tout à fait possible de faire réaliser sur mesure une porte blindée par un serrurier métallier et qui offrira une sécurité équivalente à des portes haut de gamme. Cependant le visuel ne sera certainement pas le plus esthétique. Cette solution peut être envisageable pour des locaux commerciaux ou de stockage.

Comment ouvrir une porte blindée claquée ou fermée à clé ?

Si par mégarde vous avez claqué votre porte blindée ou êtes enfermé dehors, vous n’avez pour seule solution que d’appeler un serrurier.

La bonne nouvelle est que s’il s’agit d’une «fausse» porte blindée comme exposé dans cet article, l’intervention d’un serrurier permettra de rapidement ouvrir votre porte.

A l’inverse s’il s’agit d’une porte blindée certifiée A2P, l’intervention du serrurier sera bien plus longue et surtout bien plus chère. Il est même probable que l’intervention nécessite une ouverture destructive, c’est à dire que des pièces doivent être détruite pour permettre l’ouverture (barillet la plupart du temps).

Comment changer une serrure de porte blindée ?

La plupart du temps les serrures de portes blindées sont faites sur mesure par le fabricant pour la porte en question. Ainsi il est peu probable, sauf pour les serrures en applique, que vous puissiez changer votre serrure.

Il est cependant possible de changer le barillet. Le barillet d’une porte blindée se change en principe de la même manière qu’une porte conventionnelle en dévissant le barillet à partir de la têtière. Attention car certains fabricants de portes blindées vendent des portes dont le barillet est encastré durant la fabrication, rendant ainsi bien plus difficile le remplacement puisque ces portes ne disposent pas de têtières visibles.

Sources :

(1) Ministère de l’intérieur, Enquête Cadre de vie et sécurité

Laisser un commentaire