Comment fabriquer du compost sans avoir de composteur ?

Pour enrichir le sol de votre jardin ou votre potager et permettre aux plantes de bien pousser, le compost est la solution la plus écologique à laquelle vous pouvez envisager. C’est une excellente alternative aux engrais chimiques qui en plus d’être potentiellement dangereux pour la santé nuisent à l’environnement. Créer son compost nécessite évidemment du temps. Néanmoins, c’est une tâche qui n’est pas particulièrement difficile et vous n’aurez pas forcément besoin d’un composteur.

Comment se crée le compost ?

Le compost est tout simplement un mélange de matières végétales et animales en décomposition. Ce sont notamment les vers et les micro-organismes qui se chargent de décomposer lentement ces résidus de matières organiques. Lorsque cette décomposition atteint un certain stade, le compost prend la forme d’un humus.

La décomposition de matières végétales pour former l’humus est un phénomène naturel. Elle se produit par exemple en forêt lorsque les feuilles mortes s’amassent et finissent au fil du temps par créer une terre noire. Cette dernière est riche en éléments nécessaires à la nutrition des végétaux. C’est pour cette raison que son utilisation permet de préserver la qualité du sol d’un jardin.

Le compostage est par ailleurs un geste très écologique puisqu’il vous permet de recycler la plupart de vos déchets. Il vous est effectivement possible de faire un compost à partir de produits tels que des résidus de tonte de votre jardin, des épluchures de fruits et de légumes, etc. Le seul inconvénient, c’est que pour obtenir un bon compost il faut au minimum 6 mois de préparation.

Faut-il utiliser un composteur ?

L’utilisation d’un composteur permet de simplifier la création de votre compost. Il s’agit en réalité d’un simple bac doté de plusieurs fentes permettant son aération. Une bonne ventilation est en effet nécessaire pour éviter la fermentation des déchets végétaux. Pour faire un compost à l’aide d’un composteur, il vous suffit d’y verser les déchets végétaux et de les mélanger régulièrement.

En direct :  Faire le choix entre un garage et un carport : nos conseils

Même sans un composteur, vous avez plusieurs solutions pour créer votre compost. N’importe quel conteneur en plastique ou en bois capable d’accueillir vos déchets à composter peut très bien servir de composteur. Vous pouvez par exemple créer votre propre composteur en vous servant de cagettes en bois.

En revanche, choisissez une cagette avec un fond présentant des interstices afin d’assurer l’aération de votre mélange. Il vous suffit de la poser directement sur le sol, à un endroit ombragé, mais pas trop exposé aux vents. Cette cagette pourra s’utiliser comme un composteur et vous n’aurez qu’à régulièrement remuer son contenu.

Le compostage peut aussi se faire en tas directement sur le sol sans l’aide de composteur. Le compostage en tas permet de reproduire le processus de décomposition qui survient généralement dans la nature sans aucune intervention humaine. C’est la méthode souvent utilisée pour les grands jardins produisant une quantité importante de déchets végétaux.

Sachez toutefois que vous ne pouvez pas simplement amasser vos déchets à un endroit et espérer qu’ils se transforment en compost après un certain temps. S’ils ne sont pas transformés proprement, vos déchets risquent plutôt de dégager une mauvaise odeur et ne pourront pas servir d’engrais. Afin d’obtenir un bon compost, il vous faut fournir quelques efforts. En plus de remuer régulièrement le compost, il faut aussi surveiller son humidité et ne pas y jeter n’importe quels déchets. Le plastique et le verre sont par exemple à éviter, car ils ne se décomposent pas aussi facilement et nuiront à votre mélange.

En direct :  Comment détruire les ronces naturellement ?

Comment faire un compostage en tas ?

La première étape pour faire un compostage en tas consiste à choisir le bon emplacement. Trouvez un coin de votre jardin qui soit légèrement ombragé pour favoriser le processus de décomposition. Ensuite, sélectionnez avec attention les différents types de déchets que vous allez superposer. Les couches de déchets riches en azote et riches en carbone doivent être déposées successivement et dans les mêmes proportions.

Afin de garder le mélange suffisamment humide et permettre aux micro-organismes de proliférer, il faut utiliser des déchets humides riches en azote. Ces derniers permettent d’accélérer la décomposition des déchets.

Parmi ces déchets riches en azote, il y a par exemple les déjections animales, les résidus de tontes et les plantes diverses telles que les mauvaises herbes. Faites attention, car un compost fait uniquement à partir de végétaux humides peut pourrir rapidement lorsqu’il est trop humide.

L’ajout d’éléments secs et riches en carbone permettra d’équilibrer le mélange. Les déchets secs que vous pouvez utiliser sont notamment la paille, les branches et les sciures de bois. Le papier carton non traité est également apprécié. À l’aide d’un broyeur, il vous est possible de réduire la taille de ces déchets secs afin de faciliter leur assimilation par les micro-organismes.

Autres points à savoir

Un compost présentant un bon équilibre ne doit normalement pas sentir mauvais. Il devrait en effet avoir une odeur de terre ou de boue qui n’est pas forcément désagréable. Si ce n’est pas le cas pour votre compost, vous devez peut-être équilibrer votre apport de déchets d’origines animales et végétales. Le problème peut aussi venir d’un manque d’aération et il faut alors penser à remuer plus régulièrement son compost.

En direct :  Comment reconvertir un vieux trampoline de jardin ?

Dans le cas d’un compost en tas, même s’il ne sent pas mauvais, il serait peut-être plus sage de cloisonner son accès. Cela évitera aux déchets secs de s’éparpiller dans votre jardin et ce sera aussi un bon moyen de ne pas trop nuire à l’esthétique de votre coin de verdure.

Habituellement, il n’est pas nécessaire d’arroser le compost. Cependant, si vous remarquez qu’il est trop sec il n’y pas de mal à ce que vous l’arrosiez un peu. Utilisez de préférence de l’eau de pluie ou du purin d’ortie pour arroser votre compost. En cas de pluie, couvrez le compost avec une bâche, car un excès d’humidité sera fortement nuisible.

Même s’ils peuvent être organiques, certains déchets ménagers ne doivent être utilisés qu’en petite quantité. Évitez par exemple les éléments tels que les restes de poissons et de viande, le fromage, etc. Ils sont susceptibles d’attirer des nuisibles tels que des rats qui iront potentiellement se réfugier chez vous. Les chats et les chiens risquent également d’être attirés par la présence de déchets alimentaires et viendront fouiner dans votre compost.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *