Quelles sont les erreurs à ne pas commettre lors de la rénovation de votre maison ?

Rénover une maison est un projet complexe, qui fait intervenir de nombreuses spécialités et qui doit être appréhendé avec méthode et organisation, afin d’éviter les risques d’erreurs. Il est en effet facile de se perdre dans les flots d’informations en rapport avec les opérations de rénovation.

Réussir une rénovation revient à orchestrer les prestations de plusieurs entreprises, artisans, maîtres d’œuvres et conducteurs de travaux. Tous ces intervenants doivent faire preuve d’adaptabilité et de souplesse, pour mener à bien les travaux, en fonction du bâtiment à rénover, de son état, de sa situation géographique, du budget et des besoins des habitants.

Plusieurs raisons peuvent amener à se lancer dans une rénovation, cela va du simple embellissement à la rénovation énergétique, en passant par le gros et le second œuvre. Cette aventure multi disciplinaire ne peut être achevée qu’avec la mise en place d’une organisation sans faille, qui permet d’éviter les pièges et les erreurs. Pour cela, il est crucial de se faire accompagner par les bons professionnels qualifiés, et de penser à tous les aspects comme le financement, les équipements et les aménagements.

Rénover pour augmenter le confort de la maison

Face aux nombreuses craintes liées à la complexité des travaux, certains propriétaires retardent l’échéance ou préfèrent ne rien faire. Pourtant, un logement non rénové risque de se dégrader rapidement et de perdre sa valeur immobilière, tout en consommant une quantité importante d’énergie.

La rénovation est une opération primordiale pour réaliser des économies d’énergie et améliorer le confort thermique des habitants. En effet, une maison mal entretenue ou non rénovée est forcément mal isolée, ce qui engendre des pertes de chaleur et donne une sensation de froid aux occupants, même si le chauffage est allumé.

Dans le cadre d’une rénovation thermique, la priorité est donnée aux murs, plafonds et sols. L’amélioration de l’isolation de ces parois permet d’éviter les sensations de courant d’air près du sol, dans les escaliers, à proximité des fenêtres ou sous les combles. L’installation d’un système de ventilation efficace et d’un chauffage performant sont des atouts supplémentaires pour améliorer le bien-être des habitants.

La rénovation d’une maison apporte également un confort phonique, car elle permet de diminuer les bruits extérieurs, grâce à une bonne isolation des parois opaques et à l’installation d’une bonne menuiserie ainsi que de double vitrages.

Par ailleurs, la rénovation permet d’avoir une habitation saine, en améliorant la qualité de l’air et en réduisant les risques de moisissures, à travers la mise en place d’un système de ventilation performant.

Dans ce contexte, il est important de souligner que les maisons anciennes présentent moins de confort que les constructions modernes, qui sont bâties selon des normes bien précises. Les vieilles demeures présentent des défauts d’isolations et des faiblesses dans leur système de chauffage et de ventilation, ce qui empêche l’évacuation de l’humidité dans les cuisines ou les salles de bains.

Rénover pour réduire les dépenses énergétiques

Lors d’une rénovation de maison, l’amélioration des performances thermiques assure aux occupants une tranquillité d’esprit vis-à-vis des factures énergétiques, ainsi qu’une maîtrise de leur budget de consommation de gaz, d’électricité et de fioul.

Ainsi, l’investissement consenti en termes de rénovation est rapidement rentabilisé par les économies réalisées sur les factures énergétiques.

Les anciennes habitations qui ont été construites avant l’année 1970 présentent généralement une isolation vétuste, voire une absence d’isolation, ce qui induit une perte importante de chaleur et des factures énergétiques bien lourdes. La réalisation de travaux de rénovation dans ce type de maisons permet de réduire les dépenses liées à la consommation d’énergies et de nombreuses aides sont disponibles pour aider les propriétaires à faire face à ces travaux.

Rénover pour donner une plus-value immobilière à sa maison

La rénovation et l’entretien régulier d’un logement permettent de le valoriser, et de garantir le meilleur prix lors d’une éventuelle revente. Les maisons ont en effet une valeur verte, qui est liée à leur performance énergétique, ainsi qu’au respect des normes et réglementations en vigueur.

De même, la rénovation conserve l’état de la maison, en empêchant la détérioration des murs, des peintures, des menuiseries, des façades ou des toitures. Ces travaux assurent donc un double bénéfice, puisqu’ils permettent aux habitants actuels de jouir d’un confort intérieur, de réaliser des économies d’énergie et de tirer le meilleur prix de leur maison en cas de revente plus tard.

D’un autre côté, les travaux de rénovation représentent une occasion pour moderniser un logement et le remettre au goût du jour, en réaménageant les espaces, en redécorant l’intérieur, en repeignant les murs, ou en repensant l’aspect extérieur des façades.

Quels sont les types de travaux à réaliser dans le cadre d’une rénovation ?

La rénovation d’une maison implique de nombreux types de travaux plus ou moins complexes, qui vont du simple rafraîchissement jusqu’aux gros œuvres. Les travaux à réaliser dépendent des objectifs de la rénovation. En effet, celle-ci peut être envisagée dans un but purement esthétique, pour gagner en confort ou pour baisser la consommation d’énergie.

Il existe généralement trois catégories de travaux, à savoir la rénovation lourde, la rénovation classique et les rafraîchissements.

La rénovation lourde concerne les travaux de toiture, d’isolation, de câblages électriques, de plomberie ou de murs porteurs, tandis que la rénovation classique est liée à la pose de menuiseries, de cuisines ou de salles de bains. Les travaux de rafraîchissement permettent de donner un coup de neuf aux peintures ainsi qu’aux revêtements des murs et des sols, comme la moquette, le parquet, la faïence ou le parquet.

Les travaux d’isolation

Les travaux de rénovation énergétique concernent essentiellement l’isolation du logement, qui peut être réalisée sur le toit, les murs ou le plancher. L’isolation de toiture est l’un des premiers investissements à faire, elle apporte un confort immédiat et peut être rentabilisée très rapidement par les économies d’énergie.

Pour limiter les pertes de chaleur et garantir une température harmonieuse au sol, l’isolation des planchers est un point auquel il faut prêter la plus grande attention. Cette opération est réalisée en utilisant de la laine de bois, de la ouate de cellulose, du chanvre ou d’autres matériaux naturels adaptés.

Le dernier poste d’isolation concerne les murs intérieurs et extérieurs, qui doivent respecter les réglementations environnementales en vigueur, notamment s’ils ont été isolés depuis longtemps.

Le remplacement des menuiseries

L’amélioration de l’isolation thermique et acoustique d’un logement passe aussi par le remplacement des menuiseries. L’installation de doubles ou triples vitrages, ou alors de baies vitrées à rupture de pont thermique peut aider à renforcer les performances thermiques de la maison.

L’installation d’un système performant de chauffage et d’eau chaude

Il est important de noter que les anciens systèmes de chauffage sont beaucoup plus énergivores que les chaudières récentes. Le remplacement des vieux équipements peut devenir nécessaire, en installant par exemple des panneaux solaires, qui permettent de produire l’énergie utile pour l’eau chaude.

La rénovation des combles

Des combles mal isolés provoquent une sensation de chaud en été et de froid en hiver, à l’étage de la maison. Des matériaux isolants adaptés doivent alors être installés pour empêcher le phénomène de variation des températures et augmenter le confort intérieur.

Quelles sont les étapes de rénovation d’une maison ?

Pour rénover un logement, il est essentiel d’organiser et de synchroniser tous les travaux qui composent le chantier, comme l’isolation, la toiture, l’électricité, la plomberie, les menuiseries ou les sols. Le déroulement des travaux doit être bien connu avant d’entamer le chantier de rénovation, afin d’éviter les risques d’erreurs et les mauvaises surprises.

En effet, il n’est pas toujours aisé de savoir par quoi commencer, face à la complexité et à la diversité des tâches. D’une manière générale, quand il ne s’agit pas de tout détruire et reconstruire, il est important de déterminer les endroits de la maison à rénover en priorité. Un chantier de rénovation se fait en trois étapes, le gros œuvre, le second œuvre et les finitions. Mais avant, une phase préalable de prospection est incontournable afin de faire le point sur la situation existante.

Définir les priorités et établir des devis

Avant d’entamer les travaux de rénovation, il est primordial de bien définir les besoins des propriétaires ou des occupants du logement. Cette étape préliminaire permet de fixer des objectifs clairs au projet envisagé, et d’établir un état des lieux bien précis pour déterminer les postes à rénover.

Ensuite, des devis peuvent être demandés aux artisans concernés, afin de prévoir le budget nécessaire et éviter les mauvaises surprises. Le recours à un architecte ou un maître d’ouvrage peut s’avérer utile si les travaux envisagés sont particulièrement lourds.

Des conseils et un accompagnement gratuit peuvent être obtenus auprès des collectivités locales en partenariat avec les professionnels du bâtiment, afin d’accompagner les propriétaires dans la définition de leurs besoins, le diagnostic du bien à rénover, la définition du planning des travaux, le schéma de financement, l’accès aux aides et la mise en relation avec des entreprises qualifiées.

Le gros œuvre

La première étape d’une rénovation consiste à effectuer le gros œuvre, qui représente la phase la plus lourde et concerne les travaux de couverture, de maçonnerie, de démolition et d’isolation des combles.

Rénover les toitures est une opération prioritaire qui permet de mettre le bâtiment au sec, surtout quand les éléments de couverture sont usés ou en mauvais état. Ces travaux incluent le remplacement des tuiles ou des ardoises abîmées.

Les travaux de maçonnerie et de démolition touchent à la structure du bâtiment et contribuent à sa solidité, ils concernent les cloisons, les murs, les ouvertures et la toiture. Les méthodes et les outils de maçonnerie utilisés diffèrent en fonction des matériaux de construction.

Le gros œuvre comprend également les travaux de rénovation et de renforcement de la charpente, quand cette dernière a pris l’eau, ainsi que l’aménagement des combles.

Quant aux travaux d’isolation des combles, ils permettent d’empêcher la chaleur de se libérer par le toit, en utilisant de la laine minérale, de bois ou de chanvre.

Le second œuvre

Après avoir terminé les travaux de gros œuvre, l’étape suivante consiste à réaliser le second œuvre, qui concerne les menuiseries, les cloisons, les ouvertures, la plomberie, le chauffage et l’électricité.

Les travaux de menuiserie extérieure consistent à réparer ou remplacer les verrières, les stores, les volets et les fenêtres de toits. Ces opérations permettent d’améliorer le confort intérieur en maintenant une température agréable.

Le second œuvre inclut aussi les réparations des menuiseries intérieures, ainsi que l’isolation thermique et acoustique. Il comprend également la rénovation du réseau de plomberie, de l’installation électrique, et du système de chauffage si la chaudière est trop vieille.

Un plan détaillé du bâtiment est nécessaire pour pouvoir rénover le réseau d’électricité, et cette opération doit être effectuée par des professionnels qualifiés, en prenant soin d’avoir une installation aux normes. Ce poste est en effet à l’origine de nombreux accidents et la rénovation électrique permet de garantir la sécurité des occupants du logement.

Les finitions

Une fois le gros et le second œuvre terminés, les artisans en charge du chantier passent à la finition. Cette étape ne doit en aucun cas être sous-estimée, car les prestations peuvent être particulièrement onéreuses.

Les finitions incluent la pose des revêtements des sols et des murs, l’installation des éléments de cuisine et des équipements de salle de bains, ainsi que les escaliers. De nombreux revêtements peuvent être utilisés comme le carrelage, le parquet, la moquette, la faïence, la peinture ou le papier peint.

Quelles sont les erreurs à éviter lors d’une rénovation de maison ?

Dans le cadre d’une rénovation, il y a tellement d’aspects qui entrent en considération qu’il est difficile de ne pas commettre d’erreurs. C’est pourquoi il est crucial de penser chaque étape à part, en définissant précisément les objectifs et les moyens pour y parvenir.

Erreur de rénovation numéro 1 : Ne pas faire appel à un architecte

Pour rénover une maison, il n’est pas toujours nécessaire d’avoir un permis de construire, à moins de passer par des travaux de gros œuvre comme la démolition. Plusieurs propriétaires pensent alors pouvoir entamer le projet sans faire appel à un architecte, sans réfléchir aux bénéfices que celui-ci peut apporter.

L’architecte joue en effet un rôle primordial dans le diagnostic de la maison, la priorisation des travaux, la valorisation du bien immobilier et la coordination des différents postes. Ce professionnel possède le savoir-faire et l’expérience nécessaire pour créer une vision globale du projet, et faire en sorte qu’il soit conforme au budget et aux besoins des propriétaires.

Le recours à un architecte est un investissement rentable, puisqu’il permet de gagner du temps, et de vivre le chantier en toute sérénité. Le choix du meilleur professionnel se fait en fonction de ses anciennes réalisations et de ses qualités humaines.

Erreur de rénovation numéro 2 : sous-estimer le budget

Le budget nécessaire pour effectuer une rénovation doit être prévu et anticipé dès la phase préliminaire d’étude du projet. Au fur et à mesure que les travaux avancent, l’enveloppe budgétaire risque de grimper et de dépasser ce qui a été prévu si le projet n’a pas été planifié d’une manière précise.

Une rénovation totale est toujours plus rentable que des réparations par poste, car bien souvent les petits travaux entraînent les grands, et les propriétaires se retrouvent pris au dépourvu.

Le plan de financement doit inclure tous les éléments du budget, à savoir l’apport personnel, les aides dont il est possible de bénéficier, ainsi que les crédits à solliciter auprès des banques, à condition de disposer des devis liés au projet.

Les projets de rénovation sont éligibles à diverses aides financières, qui dépendent de la situation familiale et de l’emplacement du logement.

  • L’éco-PTZ, qui est une aide de l’état
  • Les aides de l’Anah, l’agence nationale de l’habitat
  • Le CITE (Crédit d’Impôt Transition Énergétique), qui est une aide de l’état
  • Les subventions et crédits accordés par les collectivités locales, les départements et les régions
  • La TVA aux taux de 5,5% pour certains types de travaux
  • Le pacte énergie solidarité, qui consiste à isoler les combles perdus pour 1 euro.

Ces aides sont généralement octroyées à condition de faire appel à un professionnel RGE qualifié.

Erreur de rénovation numéro 3 : ne pas faire un état des lieux en matière de consommation énergétique

Avant d’entamer les travaux de rénovation, il est essentiel de dresser un bilan énergétique, afin de mieux identifier les faiblesses des installations actuelles, et prévoir les besoins. L’erreur à ne pas commettre est d’agir dans la précipitation, sans prendre le temps de vérifier les postes les plus énergivores pour les réparer ou les remplacer. Il s’agit par exemple du système de ventilation, des ouvertures, des volets ou de l’isolation thermique des combles et des parois.

Lors d’une rénovation énergétique, la question du type d’énergie à utiliser doit être posée, en privilégiant les énergies renouvelables, et en installant un système intelligent qui permet d’ajuster la consommation aux besoins.

Erreur de rénovation numéro 4 : ne pas mettre en place une VMC performante

La rénovation est une occasion pour revoir le système de ventilation actuel et l’améliorer. Ne pas le faire c’est prendre le risque d’avoir un air malsain car non renouvelé, donc dangereux pour la santé. Le système de ventilation mécanique doit être combiné avec une bonne étanchéité pour assurer une aération optimale.

Laisser un commentaire