Comment choisir la meilleure microstation d’épuration ? Prix, aides et subventions

La microstation d’épuration se présente comme la solution tout indiquée pour traiter les eaux usées de votre habitation si celle-ci se situe dans une zone dépourvue d’assainissement public. En effet, bien que le Code de la Santé publique impose à tout logement d’installer un raccordement à un réseau public de collecte, il se peut que ces offres d’assainissement soient inexistantes dans certaines zones constructibles. Si vous vous trouvez dans cette situation, il vous incombe d’installer votre propre dispositif de traitement des eaux usées. Les microstations d’épuration se déclinent en différents types. Afin de trouver celle qui vous convient le mieux, les conseils ci-après vous seront utiles.

Une microstation d’épuration en fonction de votre situation

Les microstations d’épuration peuvent utiliser différentes technologies d’assainissement (à culture libre, à culture fixée, sans électricité ou encore SBR). Afin de choisir la microstation d’épuration la plus adaptée à votre logement, vous devez prendre en compte la situation de votre foyer.

Dans le cas d’une famille réduite ou de taille normale et dans laquelle aucun des membres ne s’absente du foyer pendant plus d’un mois, la microstation à lit fluidisé se présente comme le meilleur choix. Cette technologie offre une performance optimale dans une maison occupée. Elle s’avère également idéale dès lors qu’aucune variation trop conséquente n’est palpable au niveau du volume de boues à traiter.

La microstation à culture fixée est en revanche la solution d’épuration la plus adaptée dans le cas des familles nombreuses. La technologie à culture fixée est celle qui convient le mieux à un foyer dans lequel un ou plusieurs membres de la famille s’absentent souvent pendant plus d’un mois ou des familles qui partent régulièrement pendant plusieurs semaines. Contrairement au lit fluidisé, la culture fixée reste peu sensible aux variations du niveau des charges. Notons que ces dernières servent surtout de nourriture aux bactéries.

Que les membres de votre famille s’absentent souvent, que vous soyez nombreux à vivre sous le même toit ou que des changements brusques de volume surviennent, la microstation à culture fixée se présente comme la technologie d’assainissement qui convient le mieux.

La capacité du décanteur

C’est également en fonction de la situation de votre foyer que vous devrez choisir la taille et donc la capacité de votre microstation d’assainissement. Il faut savoir que le volume de ce dispositif doit correspondre au nombre de résidents dans le logement et il est exprimé en équivalent habitant ou EH. Précisons que c’est en fonction de la valeur de ce dernier que vous devez choisir la capacité maximale de la cuve du dispositif. Notez également que le bon fonctionnement de l’installation dépendra non seulement du volume de cette cuve, mais aussi du nombre de renouvellements des vidanges.

Pour déterminer l’équivalent-habitant dans votre foyer, sachez qu’1EH équivaut à une pièce principale. Afin de définir la capacité du décanteur nécessaire à votre microstation, il vous suffit de déterminer le nombre de pièces principales qui composent votre logement. À titre indicatif, une pièce principale est une pièce dédiée au sommeil ou au séjour. Elle doit disposer d’une ou de plusieurs fenêtres, présenter une hauteur sous plafond équivalente ou supérieure à 2,30 mètres et avoir une superficie égale ou supérieure à 7 mètres carrés.

Quels matériaux choisir pour fabriquer le décanteur de votre microstation ?

Vous avez le choix entre 3 matériaux différents pour concevoir la cuve de votre dispositif d’assainissement. Il faut noter que le choix du matériau aura également une incidence sur le coût de l’achat et l’installation de votre microstation.

En optant pour une cuve en béton, vous bénéficiez d’une bonne résistance au moment d’enterrer le dispositif. En revanche, le poids de ce matériau complexifie l’installation ainsi que la manipulation de la cuve.

Une cuve en PVC offre l’avantage d’être plus léger et donc plus maniable que le béton. Ce qui vous permet d’installer plus facilement votre dispositif. Son inconvénient réside dans sa longévité qui est loin d’être probante.

Et enfin, vous avez la cuve faite en plastique renforcé en fibre de verre ou PRV. Le PRV se présente comme le matériau de choix pour concevoir le décanteur de votre microstation d’épuration. Il est tout à fait résistant sans pour autant être lourd. Le PRV est effectivement maniable et peut s’installer plus aisément. Son principal inconvénient c’est son prix qui s’avère nettement plus onéreux comparé au béton et au PVC.

Une microstation d’épuration, mais quelle technologie d’assainissement ?

Si vous êtes limité par le budget, vous pouvez opter soit pour une microstation à culture libre soit pour un dispositif à bactéries fixées. Ce sont de loin les technologies d’assainissement les plus abordables sur le marché.

La microstation à Réacteur Biologique Séquentiel ou SBR se présente comme un dispositif plus compact. Sa superficie n’excède pas les 4 à 5 mètres carrés. Elle a la particularité d’intégrer les traitements et clarifications des eaux dans une seule cuve. Fonctionnant sans pompe, la microstation SBR offre l’avantage d’être moins bruyante contrairement aux modèles à culture fixée et à culture libre. En revanche, elle s’avère plus onéreuse que ces derniers.

Si vous privilégiez le côté écologique, sachez qu’il existe une microstation qui peut fonctionner sans électricité. Pour traiter les eaux, le dispositif fait appel à des filtres en coco ou en sable sur lesquels sont présentes des enzymes qui optimisent la prolifération des micro-organismes. Si la microstation sans électricité est plus encombrante que les modèles précédents, elle offre l’avantage d’être résolument écologique, économique et plus silencieuse.

Combien coûte une microstation d’épuration ?

Pour un modèle à bactéries libres, les prix peuvent commencer à 4 500 € s’il s’agit de dispositif adapté à un foyer composé de 1 à 5 personnes. Pour un foyer de 6 à 10 personnes, les prix commencent à partir de 5 200 € et pour plus de 10 personnes, il est préférable de se tourner vers des modèles à environ 5 800 € et plus.

Dans le cas d’une microstation à culture fixée, les modèles les plus abordables coûtent dans les 5 500 €. Les tarifs se situent ensuite entre 7 000 et 9 500 € suivant que le foyer est composé de 6 à 10 ou plus de 10 personnes.

Si vous désirez acquérir une microstation SBR vous devrez préparer dans les 6 000 € minimum. Les modèles à plus gros volumes se situent quant à eux entre 9 500 et 10 000 €. Et enfin, les microstations sans électricité peuvent valoir dans les 8 000 à plus 10 000 € en fonction de leurs capacités.

Pour ce qui est des prix d’installation, ils oscillent entre 2 000 et 4 000 € en fonction des entreprises et des travaux à effectuer.

Fort heureusement, il existe des aides qui peuvent vous être octroyées en fonction de votre profil et suivant certaines conditions. Vous pouvez par exemple prétendre à une subvention de l’Anah dans le cadre d’une amélioration de votre logement (rénovation ou installation). L’ADEME peut également fournir des aides financières dans le cas de travaux de rénovation. À part cela, vous pouvez recourir à des prêts délivrés par la CAF, une aide fournie par votre caisse de retraite ou venant des collectivités locales.

Laisser un commentaire