Quelle est la différence entre du mortier et du béton ?

En construction, le ciment est un matériau couramment utilisé, que ce soit dans les petits ou les gros œuvres. En fonction du type de projet à réaliser, la préparation de ce même élément ne sera cependant pas toujours la même. Selon les quantités d’eau utilisées ainsi que les matériaux qui lui sont associés (graviers, sables, etc.), le ciment permet d’obtenir des produits de construction divers, dont les usages sont spécifiques à chaque type d’ouvrage. Parmi ces produits en question apparaissent justement le béton et le mortier. Souvent confondus, ces deux termes désignent des éléments aux caractéristiques très différents et leurs fonctions ne sont pas les mêmes. Bien que vous ne soyez pas spécifiquement bricoleur, il est nécessaire que vous sachiez faire la différence entre ces deux produits si un jour vous désirez effectuer vous-même des travaux chez vous.

Le béton

Généralement utilisé dans les gros œuvres et constructions divers, le béton s’obtient en mélangeant du ciment, de l’eau, du sable et des gravillons. Ce sont d’ailleurs ces derniers éléments qui confèrent à ce matériau sa robustesse et sa solidité. Dans la fabrication du béton, le ciment est considéré comme un liant hydraulique. C’est en quelque sorte la colle qui permet de lier tous les composants du béton entre eux. D’autre part, le béton est un matériau qui dispose d’une excellente résistance au feu, aux charges et aux pressions.

Il est toutefois possible de modifier ses caractéristiques en y ajoutant des ingrédients divers et des adjuvants. Ce qui permet d’obtenir différents types de bétons aux applications spécifiques :

  • Le béton armé est constitué d’une armature généralement en acier sur laquelle on déverse une couche de béton.
  • Avec le béton fibré, vous disposez d’un matériau avec une meilleure tenue ou traction au feu. Ce type de béton a été renforcé avec des fibres métalliques ou synthétiques.
  • Le béton Haute Performance offre, quant à lui, une résistance élevée au gel et à la corrosion. Notez que le BHP est un béton à faible porosité.
  • Pour supprimer les bulles d’air, la technique consiste à couler du béton autoplaçant dans un coffrage sans vibration. Ce type de béton a la particularité d’être plus fluide comparée à du béton classique.
  • Et enfin, vous avez le béton contraint qui est constitué de câbles mis en tension avant la prise du béton.

Outre les travaux de construction, le béton revêt aussi un aspect décoratif. Vous avez notamment le béton désactivé ou lavé, le béton ciré ou encore le béton coloré. Il est même possible d’obtenir du béton translucide et des bétons autonettoyants ou dépolluants.

En raison de ses propriétés mécaniques remarquables, le béton est couramment utilisé dans les gros œuvres et la construction de structures diverses (fondations, poutres, linteaux, etc.).

Le mortier

C’est un élément de construction qui se compose également d’eau, de sable et de liant. Ce dernier peut-être du ciment ou de la chaux. Le mortier au ciment offre une prise rapide et se révèle d’une grande résistance. Il sert généralement pour couvrir des surfaces et leur donner une certaine rugosité. Pour rectifier des défauts sur un mur, nous vous conseillons aussi d’opter pour du mortier-ciment. Pouvant être utilisé en construction, il se révèle pratique pour lisser les murs, mais aussi pour bâtir.

Le mortier de chaux est, quant à lui, moins résistant. Qui plus est, sa prise se révèle plus lente. Notez qu’il est possible d’utiliser à la fois du ciment et de la chaux pour fabriquer un mortier. À ce moment, ce dernier est appelé mortier bâtard.

Certains mortiers sont composés de polymères et de ciment. Il s’agit des mortiers colles. Ce type de produit est appelé ainsi en raison de l’excellente adhérence que lui confère l’association du ciment et des polymères. C’est le type de mortier employé pour coller le carrelage, les parements ou encore les dalles.

À part cela, vous avez le mortier dit de jointement. Comme son nom le laisse supposer, ce type de mortier sert à combler les interstices entre chaque brique, pierre, pavé d’un ouvrage. Il vous est possible de préparer votre mortier de jointement en utilisant un mélange prêt à l’emploi auquel il vous suffira d’ajouter un peu d’eau. Notez également que la fabrication de ce type de mortier peut s’effectuer sans sable. D’autre part, il est possible de pigmenter ce matériau si par exemple vous désirez apporter une touche plus esthétique à vos sols extérieurs.

Et enfin, vous avez le mortier hydrofuge qui a la particularité d’avoir une bonne résistance à l’humidité. En raison de ses propriétés hydrofuges, ce mortier est l’idéal pour les ouvrages en extérieur ou les salles de bain.

Même si la composition du mortier est plus ou moins similaire à celle du béton, il ne nécessite pas l’ajout de graviers. Notez aussi que les proportions appliquées pour ses composants ne seront pas les mêmes. La conception d’un mortier ne requiert généralement que peu d’eau. À titre indicatif, 4 litres d’eau suffisent par exemple pour un mélange de 20 kg.

Contrairement à celle du béton, la résistance mécanique du mortier se révèle moins importante, peu importe le liant que vous utiliserez. Pour cette raison, il est conseillé de ne l’employer que pour les petits travaux (construire de chapes, scellement ou assemblage d’éléments divers, enduits, etc.).

Fabrication du béton et du mortier

Pour fabriquer du béton, vous aurez besoin de ciment, de sable, de graviers et d’eau. La proportion de chacun de ces composants variera suivant le type de béton que vous souhaitez réaliser. Concernant la préparation en elle-même, faites tourner une bétonnière et versez-y progressivement votre eau en quantité suffisante pour la gâchée. Versez ensuite vos graviers et laissez tourner le mélange quelques secondes.

Une fois que les graviers sont bien mouillés, versez le ciment. Ce dernier va se diluer dans l’eau et se répartir de manière homogène sur tous les graviers. C’est à ce moment qu’il faudra verser le sable (à la pelle ou au seau). Rajoutez un peu d’eau tout en respectant le dosage initial.

Un béton bien réalisé doit avoir une surface humide et sa texture doit rester onctueuse, sans pour autant être molle.

Concernant la fabrication d’un mortier, il vous faut du sable, du ciment et de l’eau. Là encore, les quantités dépendront du type de mortier et de l’usage que vous allez en faire.

Pour commencer, déposez le sable sur une surface plane et versez-y du ciment. Mélangez les deux composants à l’aide d’une pelle jusqu’à obtenir une couleur uniforme. Creusez ensuite un cratère au centre du tas avant d’y verser de l’eau. Humidifiez le mélange en vous assurant que l’eau se répartisse bien sur l’ensemble. Vous saurez que votre mortier est prêt lorsqu’une fois que vous passez le plat de votre pelle sur le mélange, celui-ci se lisse tout en laissant l’eau remonter en surface.

Laisser un commentaire