Dalle chanvre et chaux

Ce chantier s'est déroulé chez des amis, avec un maçon qui accepte la participation des propriétaires. En voici une petite description. Le jour où je suis allé leur filer un petit coup de main, la moitié de la dalle était coulée de la veille.

Composition du hérisson :
  1. Environ 20 cm de cailloux appelés "8/25" damés.
  2. Puis environ 20 cm de cailloux appelés "20/40" damés également.
Cliquez sur les vignettes pour les agrandir.
Les tuyaux PVC sont insérés dans un géotextile avec un peu de sable à l'intérieur, pour les protéger :

Le hérisson est ventilé avec une gaine de drainage souple (ici le tuyau jaune). Cette solution est préférable dans le cas d'une dalle de chanvre, car on ne connaît pas vraiment le comportement du chanvre en présence d'humidité prolongée.

Ici, le damage à la machine :

Ici, le maçon verse une barbotine de chaux sur la dalle existante (coulée la veille) pour faciliter le "raccordement" entre la dalle de la veille et celle du jour :

La chaux utilisée est la Balthazard&Cotte Tradical PF70 (75 % de chaux aérienne à 98 % de CaO, 15 % de chaux hydraulique naturelle, 10 % de pouzzolane), en sacs de 22 kg, la densité étant de 0,65, le volume d'un sac est de 34 l.

Composition du mortier en volumes : environ 48 l d'eau, 44 l de Tradical PF70 et 50 l de chanvre Terrachanvre (un demi-sac).
Dans l'ordre : 1) l'eau, 2) le liant, 3) le chanvre. La proportion d'eau a varié sur les deux jours du chantier, en fonction de la météo...

Versement et étalement au rateau du chanvre sur le hérisson :

Constitution d'un "nu" ou bande de référence :

Vérification du niveau par rapport au trait horizontal de référence tracé avec l'aide d'un faisceau laser :

La maçon taloche pour amener un "plot" à l'extrémité d'un nu à la bonne "altitude" :

Puis, à l'autre extrémité du nu, il constitue un second plot de référence, à la taloche :

Les deux plots de référence étant faits, il étale le mortier au rateau :

Le maçon retourne sur son second plot de référence pour l'amener à la bonne hauteur. Remarquez l'outil "maison", une dame à manche articulé, très simple :

Enfin, il étale le mortier sur la longueur du nu à la règle, en s'appuyant sur les plots :

Finition du nu à la taloche :

Finition à la dame légère :

Raccordement à la règle du nu à la dalle de la veille :

Après avoir constitué un plot au milieu de la pièce, il vérifie sa hauteur à la règle et niveau par rapport à un nu fini :

Comblement entre le nu central et celui sur le mur opposé :





Pour info, le maçon nous a expliqué qu'il s'agissait là d'une méthode de carreleurs.
Merci à Gérard le maçon, Virginie et Olivier pour leur autorisation de diffuser ce petit reportage !

Retour Accueil